Accueil > Uncategorized > Compte rendu: Le rôle des journalistes dans les réformes de la fin des Qing

Compte rendu: Le rôle des journalistes dans les réformes de la fin des Qing

Joan Judge: « Publicists and Populists: Including the Common People in the Late Qing New Citizen Ideal »

Une des tâches les plus difficiles des réformateurs de la fin des Qing consistait à intégrer le peuple dans leur programme de réforme alors que plusieurs incidents et protestations contre le Xinzheng éclataient dans les dernières années de la dynastie. Joan Judge étudie, à travers l’exemple des journalistes du Shibao, le quotidien de Shanghai, comment les journalistes contribuèrent à inclure le peuple dans l’idéal réformateur et quel double rôle ils jouèrent vis-à-vis du peuple et vis-à-vis des officiels. Judge montre comment les journalistes se trouvaient pris par deux mouvements contraires : mus par une tendance au paternalisme et à un élitisme marqué, ils pensaient être les seuls à pouvoir exécuter les réformes auprès du peuple qu’ils traitaient parfois avec condescendance, témoignant par là de la distance qu’ils mettaient entre eux et le peuple. Mais d’autre part, une tendance nationaliste leur faisait comprendre que l’idéal réformateur ne pourrait être réalisé que lorsque le peuple serait éclairé ; ils tentèrent alors d’inclure le peuple dans le projet national tout en les défendant quand les mesures prises pouvaient leur nuire : « Seeking to fulfill their two objectives of national reform and social justice, the journalists took on a dual role of cultural translation, serving both as advocates for the common people vis-à-vis reform elites and officials and as advocates for the reform project vis-à-vis the common people. » [Judge, p166]

Joan Judge met en lumière le rôle de la presse à cette époque. Si l’écrit a longtemps porté les revendications du peuple, la presse offrait un nouveau mode d’expression et surtout, comme le précise Judge, elle ne s’adressait pas au souverain (comme les pétitions par exemple) mais au public. Le peuple, qui n’avait d’autres moyen de se faire entendre que par la protestation collective, se voit donc conféré ce que Judge appelle une voie publique « public voice » et même une opinion publique : « the press provided socially concerned elites with a forum for translating the common people’s inarticulate and often violent claims into expressions of public opinion that demanded serious consideration. » [Judge, p170] La presse mettait donc en lumière les protestations populaires en les sortant de leur caractère régional et en leur conférant une visibilité plus large, en attirant sur elles la conscience nationale et les préoccupations des élites urbaines. Les journalistes montraient ainsi que les villageois avaient leur propre organisation et leurs propres pratiques et qu’il fallait rendre le projet de réformes compréhensible pour le peuple au lieu de le lui imposer. Ils proposaient d’étudier le sentiment populaire avant d’implanter les réformes et encourageaient des médiations culturelles entre les officiels et les membres d’un village.

Afin d’intégrer le peuple dans le programme de réformes les journalistes tentèrent d’expliquer les révoltes contre le Xinzheng qui éclatèrent à la fin des Qing. Dans le but d’expliquer les attaques contre les institutions locales, les réformateurs divisèrent le peuple en deux catégories : ceux qui pouvaient être corrigés, éduqués et entrer dans le mouvement des réformes, et ceux qui étaient perdus et incorrigibles. En attribuant à ces derniers les actes contre le Xinzheng, les réformateurs conservaient l’idée que le peuple, ou du moins, la majorité vertueuse du peuple, pouvait être éduquée. Judge précise toutefois qu’en traduisant les protestations du peuple, les journalistes ne créaient pas le discours du peuple mais leur propre discours sur le peuple, discours motivé par leur programme d’intégration du peuple à la vie politique. Les journalistes s’impliquaient parfois personnellement et tentaient d’expliquer l’augmentation des « mauvais éléments » dans la société chinoise sans pour autant renoncer à leur idéal. Judge s’appuie alors sur les explications données par des journalistes du Shibao comme la multiplication de soldats désœuvrés qui, se retrouvant sans emploi après la rébellion des Boxers, s’adonnaient au vol ou au banditisme. Une autre raison est la suppression du système des examens qui laissa de nombreux individus sans espoir de carrière, surtout dans les régions où le commerce était moins développé et où de nombreuses familles comptaient sur un poste de fonctionnaire. Les journalistes tentaient de localiser des causes pour expliquer les manifestations de protestations et minimisaient ce que les officiels, au contraire, exagéraient afin de justifier leur répression : l’influence des forces révolutionnaires. Les journalistes montraient que les manifestations contre les nouvelles politiques étaient des éclatements spontanés de violence que ne sous-tendait aucune stratégie organisée d’opposition à la dynastie. Les journalistes contribuaient donc à implanter les réformes dans les consciences populaires et rectifiaient la vision que les officiels avaient du peuple : « Rather than blame the revolutionaries for the rural disturbances, the Shibao editorialists discussed sociological and infrastructural problems that had led to uprisings, thereby infusing the inherited discourse on popular protest with new elements » [Judge p175].

Référence : Joan Judge : « Publicists and Populists: Including the Common People in the Late Qing New Citizen Ideal », in Joshua A. Fogel and Peter G. Zarrow, Imagining the People, Chinese Intellectuals and the Concept of Citizenship, 1890-1920, London, New York: M. E. Sharpe, 1997, pp. 165-182.

Pour une version pdf du compte rendu: publicists-and-populists.pdf

Audrey Déat

Publicités
Catégories :Uncategorized Étiquettes :
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :