Accueil > Séminaire des doctorants, Uncategorized > Reprise du séminaire des doctorants en études chinoises

Reprise du séminaire des doctorants en études chinoises

La notion d’empire

Le séminaire des doctorants en études chinoises s’articulera, cette année, sur deux types de séances : des présentations de travaux de doctorants, à l’instar des années précédentes, et des réflexions menées en groupe, à partir de textes, sur des notions clés.

Les trois premières séances de l’année qui auront lieu les 10 et 24 novembre, ainsi que le 8 décembre, seront consacrées à une discussion sur le concept d’empire. Les deux premières seront dédiées à une tentative de définition de la notion.  Nous voudrions ancrer ce premier temps dans une démarche résolument comparative, en jouant sur les échelles spatiales, mais aussi temporelles. Il s’agira de puiser dans des expériences historiques (l’imperium romain par exemple) et extra-occidentales (la construction théorique d’un Ibn Khaldûn ou la notion de Tennô 天皇dans le modèle politique japonais…) les ressources utiles à notre entreprise de définition. Le concept d’empire est-il opératoire ? Est-il doté de vertus heuristiques ou s’agit-il d’une construction intellectuelle inapte à rendre compte de la réalité ? Sommes-nous en mesure d’identifier des critères permettant de rassembler sous ce terme un type d’expérience politique et culturelle ? Comme le rappelle très justement Fanny Madeline, la notion d’empire est polysémique et recouvre des réalités fort différentes. Deux acceptions, au moins, mériteront notre attention : l’empire conçu comme universalisme ou œcuménisme et l’empire comme forme politique, c’est-à-dire opposée à la forme dominante dans le monde contemporain et consacrée par le droit international, celle de l’Etat-nation. Il nous faudra également nous pencher sur la question de l’espace comme élément fondamental de l’imaginaire impérial. Contrairement à l’Etat, nous dit Gabriel Martinez-Gros, l’empire n’a pas de frontières mais seulement des confins. Cette dimension spatiale pourra donc constituer une piste heuristique. Enfin, il faudra s’interroger sur la résurgence de la notion d’empire à l’époque contemporaine tant dans la vie politique que dans le monde académique. Un tour d’horizon rapide des publications en sciences humaines et sociales de ces dernières années, notamment dans le champ des relations internationales, montre un regain d’intérêt pour l’empire. Quel est le sens de ce renouveau ? La notion d’empire constitue-t-elle un outil pertinent pour comprendre le monde contemporain ? Dans quelle mesure, la diffusion de cette notion vient-elle cristalliser le sentiment d’une crise de la forme étatique ? L’empire peut-il dès lors constituer une forme politique d’avenir ?

Dans la troisième et dernière séance consacrée à ce thème nous porterons notre regard sur la Chine. Nous nous interrogerons sur la pertinence du concept impérial pour comprendre la Chine dans son développement historique et également dans sa contemporanéité. A titre de première piste : le concept d’empire peut-il nous aider à comprendre les développements récents que le monde académique chinois a proposés autour de la notion de tianxia ?

Paul Charon.

Rappel : Le séminaire se déroule tous les 2e et 4e mardis du mois, au 54 Bd Raspail, salle 451 de 19h à 21h.

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :