Accueil > Soutenance de thèse > Soutenance de la thèse d’Amandine Monteil

Soutenance de la thèse d’Amandine Monteil

Amandine Monteil sous la direction de Thierry Pairault, Thèse de doctorat pour l’obtention du titre de Docteur en socio-économie du développement

Titre de la thèse : Emploi informel et gestion des inégalités sociales en Chine urbaine. Les politiques de promotion de « l’emploi communautaire » parmi les « groupes vulnérables » à Chengdu (2006-2009)

Soutenance le 12 novembre 2010 b9 heures au CERI (salle de conférence) 56, rue Jacob 75006 Paris.

Jury :

Wenling Liu, Jean-Louis Rocca, Jean-Michel Servet, Isabelle Thireau, Florence Weber

Présentation

Trois décennies de réformes économiques ont généré d’intenses bouleversements sociaux : creusement des inégalités de revenu, mais aussi mise en contact de groupes autrefois séparés, par le biais des migrations rurales et du démantèlement du secteur public. Pourtant, les villes chinoises ne semblent pas affectées par des mouvements de contestation généralisés.

La thèse interroge cette paradoxale stabilité en s’intéressant à la pluralité de groupes sociaux qui se partagent le bas de l’échelle sociale dans les villes, à travers le prisme de leur point commun : l’informalité de l’emploi. Celle-ci est abordée non seulement en tant qu’activité génératrice de revenu pour les exclus du système salarial, caractérisée par une mise à l’écart du droit (violation de règles établies de la part du travailleur à laquelle correspond un déni de protection par les institutions étatiques), mais aussi en tant que dimension essentielle de nouveaux modes de sociabilité.

Les entretiens menés dans plusieurs quartiers de Chengdu et de Leshan, reflètent la mise en place de nouveaux repères, de nouvelles identités, de nouvelles trajectoires individuelles et collectives, et de nouvelles relations sociales, fondées sur l’exercice des petits métiers exercés dans la rue, dans de petites échoppes ou à domicile. Depuis peu, les autorités s’efforcent de mieux réguler et contrôler cet espace social en constante redéfinition, dont les dynamiques leur échappent largement. La mise en oeuvre de politiques sociales en faveur des travailleurs « flexibles » et la promotion de « l’emploi communautaire » relèvent d’une telle logique.

A travers l’emploi informel, c’est la redéfinition d’un contrat social qui est en jeu, tant en termes de cohésion sociale que de relations entre État et société.

Publicités
Catégories :Soutenance de thèse Étiquettes : ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :