Accueil > doctorants, Séminaire des doctorants > Atelier des doctorants du CECMC avec Liu Ming-feng : « Une comparaison entre l’Asiatisme et l’Africanisme : une étude des symboles à légitimer à l’époque moderne »

Atelier des doctorants du CECMC avec Liu Ming-feng : « Une comparaison entre l’Asiatisme et l’Africanisme : une étude des symboles à légitimer à l’époque moderne »

Liu Ming-feng , doctorant au CECMC, présentera sa thèse :

  « Une comparaison entre l’Asiatisme et l’Africanisme : une étude des symboles à légitimer à l’époque moderne »

En tant que symboles moralisateurs, l’Asiatisme et l’Africanisme ont pour but et effet de construire leur propre communauté, et de défier la « hiérarchie morale » dans laquelle les Occidentaux se trouvent au sommet, les Asiatiques et les Africains en bas. Cette hiérarchie est élaborée non seulement par les Occidentaux, mais aussi par le mouvement modernisateur. De ce fait, la façon dont se moralisent les Asiatiques et les Africains s’appuient sur les valeurs modernes qui leur sont propres pour faire face aux Occidentaux, mais aussi pour conquérir le leadership dans leur cadre respectif. Ainsi, l’Asiatisme et l’Africanisme présentent des formes différentes, car leur efficacité symbolique varie en vertu de la conjoncture socio-historique. Ainsi, l’histoire moderne peut être découpée en trois périodes, en fonction du régime international de l’économie politique, à savoir la période impérialiste, la période développementaliste et la période de la mondialisation. Enfin, je conclus : 1). Correspondant à la configuration du régime international, la forme symbolique des discours se focalise respectivement sur les concepts de polity, policy et politics. 2). La modernité africaine étant centrifuge, la légitimité des discours africanistes est affaiblie par d’importantes forces exogènes qui rendent relativement difficile l’établissement d’une communauté africaine. La modernité asiatique étant centripète, les discours asiatistes sont donc plus favorables à la construction d’une communauté asiatique, les forces intégratrices étant endogènes, axées sur les deux pôles, à savoir la Chine et le Japon.

Mardi 8 mars 2011
17h-19h

Salle 2 (RdC, en face de l’entrée)
EHESS, 190-198 avenue de France, Paris 13e

Contact : stephanie.homola(at)ehess.fr

Blog : https://doctorantscecmc.wordpress.com/

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :