Accueil > Séminaire des doctorants > Le logement urbain au cœur de l’élaboration de la « modernité » chinoise : réflexion sur les cas de Pékin et de Shanghai

Le logement urbain au cœur de l’élaboration de la « modernité » chinoise : réflexion sur les cas de Pékin et de Shanghai

Dans le cadre de l’atelier des doctorants en études chinoises SUN Zhe et Judith AUDIN respectivement doctorants à l’ENS-Cachan et à Sciences Po Croiseront leurs questionnements de thèse : Le logement urbain au cœur de l’élaboration de la « modernité » chinoise : réflexion sur les cas de Pékin et de Shanghai . En Chine, à la fin des années 1990, le paysage urbain précédemment dominé par l’unité de travail (danwei) est désormais caractérisé par la déconnexion entre le lieu de travail et l’habitat. Sujet encore peu étudié dans les sciences sociales françaises, les politiques de la ville et du logement constituent pourtant un élément essentiel de la trajectoire de redéploiement de l’État chinois, condition de son entrée dans la « modernité ».

Sun Zhe, doctorant à l’ENS-Cachan étudie les politiques économiques du logement dans la Chine contemporaine

  • Pourquoi et comment l’État chinois construit-il le marché du logement ?
  • Quel est le processus social à l’œuvre dans cette construction ?
  •  Quelle structure sociale est engendrée par cette construction ?
  • Quelle est l’interaction entre la société et le marché ?

Judith Audin, doctorante à Sciences Po, s’intéresse à la question du pouvoir et des modes de gouvernement dans l’espace d’habitation

  • Comment la « modernité » chinoise a-t-elle pris sens au sein du secteur du logement ?
  • Quelles sont les configurations locales de cet espace en matière de rapports de pouvoir?
  • De quelle manière la domination politique se fait-elle tolérer, et même renouveler par l’ensemble des agents qui participent tous, « dominants » et « dominés », à la construction étatique ?

 

Au niveau central, la réforme du logement urbain a permis à la Chine d’amorcer son développement ; les secteurs de l’immobilier et de la construction sous-tendent aujourd’hui la croissance économique rapide du pays. Dans le même temps, les problèmes de société se concentrent sur la question de l’accès à ce bien désormais inabordable pour une majorité de la population. Au niveau local, les incertitudes de la « propriété » offrent aux municipalités des marges de manœuvre dans le secteur immobilier. Parallèlement, le « désir » de logement des individus est source d’opportunités d’ascension sociale autant que d’angoisse (liée au financement, au risque d’expropriation, etc.). Le modèle des « résidences commerciales » (shangpinfang) contribue à la production des styles de vie de « propriétaires » (yezhu), dont il s’agira d’appréhender l’ampleur des mobilisations « pour protéger leurs droits » (weiquan).

Sun Zhe et Judith Audin tenteront de croiser les résultats de leurs enquêtes de terrain à Shanghai et à Pékin, en vue de saisir les particularismes locaux de ces processus sociaux à différents niveaux d’échelle.

  • Mardi 14 juin 2011 17h-19h Salle 2 (RdC, en face de l’entrée) EHESS, 190-198 avenue de France, Paris 13e.  Ce séminaire est ouvert aux doctorants et étudiants de master 2.  Contact : florencelevy@yahoo.fr  
Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :