Accueil > Soutenance de thèse, Thèse > Soutenance de thèse de Hayet Sellami – La migration des Taïwanais en Chine : les cas de Pékin et de Shanghai

Soutenance de thèse de Hayet Sellami – La migration des Taïwanais en Chine : les cas de Pékin et de Shanghai

Hayet Sellami, doctorante au CECMC à l’EHESS-CECMC soutiendra sa thèse
Mercredi 14 septembre 2011 à 14h
EHESS, salle 07, 105 boulevard Raspail, 75006 Paris 

 La migration des Taïwanais en Chine : les cas de Pékin et de Shanghai

Membres du jury :
Isabelle Thireau, Directrice de thèse et Directrice de recherche au CNRS, EHESS
Roger Waldinger, Professeur, University of California, Los Angeles (UCLA)
Paul-André Rosental, Professeur, Institut d’études politiques de Paris
Jean-Pierre Hassoun, Directeur de recherche au CNRS
Samia Ferhat, Maître de conférences, Université de Nanterre, Paris 10

L’objectif principal de cette thèse est d’étudier la migration des Taïwanais sur le continent chinois ces vingt dernières années et de tenter de comprendre les questions identitaires qui s’imposent à eux du fait de leur parcours migratoire. Ce travail se scinde en deux thèmes principaux. En premier lieu,  l’analyse de cette migration. Puis, celle des manières multiples et variées grâce auxquelles ces migrants taïwanais s’identifient à leur nouvelle société d’accueil. Il ne s’agit pas seulement d’analyser le discours de ces Taïwanais en Chine sur l’identité qu’ils revendiquent en les interrogeant sur leurs motivations et sur la façon dont ils s’identifient à autrui, mais d’observer également leurs choix et leurs pratiques, et la manière dont ils sont justifiés et argumentés. Nous nous interrogerons sur les perceptions qu’ont ces migrants de la Chine et sur la façon dont ils ont formé des images du continent chinois à travers le travail des mémoires collective et individuelle, des souvenirs et de l’imagination. La thèse met en évidence la profonde confusion identitaire dans laquelle se trouvent ces migrants taïwanais après leur installation en Chine et la façon dont ils remettent en question la notion de soi. Dans ce travail identitaire, le concept de chineseness ou d’appartenance à une grande et même famille chinoise est lui-même remis en question. La thèse se clôt sur les identifications changeantes de ces migrants taïwanais et sur la façon dont, au final, ils restent des étrangers en Chine.

Mots clés : migration en Chine, politiques migratoires, identifications, migrations et identité, transnationalisme, Taïwan, Chine.

Publicités
Catégories :Soutenance de thèse, Thèse
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :