Accueil > Séminaire des doctorants > Séminaire des doctorants en études chinoises – Les créations littéraire​s des aborigènes de Taiwan

Séminaire des doctorants en études chinoises – Les créations littéraire​s des aborigènes de Taiwan

Christophe Maziere

 

« Les créations littéraires des aborigènes de Taiwan »

 

Une dynamique locale à l’échelle globale

Des premiers auteurs aborigènes de langue japonaise à l’expression sinogrammique

d’un je » collectif

Genèse, définitions, thématiques, formats et acteurs

 

              Alors que pendant des décennies, la moindre velléité de manifester un particularisme culturel local sur l’ilha formosa était passée au laminoir du fait d’une loi martiale, décrétée entre 1949 et la fin des années 1980, par un régime autoritaire soucieux de maintenir un pouvoir uniforme sur tout le territoire, et ce pour mieux accomplir son dessein de reconquête d’une Chine continentale provisoirement perdue dans les esprits, la question identitaire à Taiwan, abondamment étudiée depuis, va de pair avec un mouvement de démocratisation propre à mettre en relief une mosaïque d’existences culturelles et ethniques. Les créations littéraires écrites en langue chinoise par les aborigènes en sont précisément l’une des principales émanations et s’inscrivent dans la continuité des premières tentatives d’écriture de la part d’auteurs aborigènes sous la présence japonaise (1895-1945).

            Cette littérature constitue indéniablement, en témoignent ses thèmes largement communautaires, un outil d’autodétermination supplémentaire au sein de l’équation identitaire taiwanaise, déjà fruit d’âpres sensibilités parfois antagonistes, et si celle-ci semble, de prime abord et après examen de l’œuvre de ses principaux interprètes, s’ériger comme un des porte-voix de la « mémoire » aborigène, ce phénomène est encore trop récent pour définir structurellement ses conséquences dans un jeu identitaire encore en construction, mais exposer son histoire dans ses grandes lignes, ses tendances, ses acteurs, les principales thématiques qu’ils affectionnent, mais aussi les débats définitionnel, linguistique et identitaire qui l’animent, nous permettra d’établir une des bases à cette réflexion.

 

Christophe Maziere prépare une thèse sur la littérature écrite des aborigènes de Taiwan sous la direction de Noël Dutrait à l’Université de Provence. Il vient de publier la traduction d’une nouvelle de l’auteur bunun (un peuple austronésien de Taiwan) Topas Tamapima : « Récit d’une visite à la jeune tisserande bunun », Monde chinois, N°26, été 2011.

  

Mardi 13 décembre 2011
17h-19h

Salle 681
(6e étage, bloc A (droite), à droite en sortant de l’ascenseur)
EHESS, 190-198 avenue de France, Paris 13e

Contacts : florencelevy(at)yahoo.fr, stephanie.homola(at)ehess.fr

Blog : https://doctorantscecmc.wordpress.com/

English abstract

THE WRITTEN LITERARY CREATIONS

OF TAIWAN ABORIGINES

A local dynamic at the global level

From the first indigenous writers of Japanese language to the expression of a collective “I” in Chinese

Genesis, definitions, themes, formats and actors

           

            While for decades, the slightest desire to show a local cultural particularism on the Ilha Formosa was forbidden due to a martial law (1949-1987) declared by an authoritarian regime which was seeking to maintain a uniform power all over the country, in the idea of reconquering mainland China, which was temporarily lost in the minds, the identity question in Taiwan has already been extensively studied and is associated with a movement of democratization proper to highlight a mosaic of cultural and ethnic existences. The written literary creations in Chinese by the aborigines were precisely one of its main emanations and are a continuation of the first writing attempts by some aboriginal authors under the Japanese presence (1895-1945).

            The communauty issues of this literature undeniably constitute an additional tool for self-determination in the Taiwanese identity equation, whose feelings are sometimes very antagonistic, and if at first sight and after a review of the works of its principal interpreters, it seems to set itself up as one of the mouthpieces of the aboriginal « memory », this phenomenon is still too recent to determine its structural consequences in an identity game which is still in construction, but to expose its history in its broad lines, its trends, its actors and the main themes they affectionate, but also its definitional, linguistic and identity debates, will help us to establish a basis for discussion.

  

Christophe Maziere is preparing a PhD thesis on the contemporary written literature of Taiwan aborigines under the direction of Noël Dutrait at the University of Provence. He has just published a translation of a short story by the bunun author (an Austronesian people) Topas Tamapima: « Récit d’une visite à la jeune tisserande bunun » (Story of a visit to the young female bunun weaver), in Monde chinois, N° 26, Summer 2011.

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :